L’esprit du yoga Sivananda

par | Avr 25, 2019

UN YOGA POUR TOUS

 Les enseignements de Sivananda reposent sur la philosophie universaliste de l’Advaita Vedanta qui prône la non-dualité et se résume par la devise « unité dans la diversité ». Il n’y a pas de différenciation entre l’âme individuelle (Atman) et l’âme universelle (Brahman). Il n’y a qu’un seul Dieu qui peut prendre différentes formes. 

Sivananda a vu dans cette philosophie universaliste un principe unificateur pouvant faciliter la cohabitation entre les peuples et les religions. Il a affirmé que la pratique du yoga nous aide à nous rapprocher du divin et ce, quelle que soit notre religion. Le yoga aide le musulman à être un meilleur musulman, le chrétien à être un meilleur chrétien, le bouddhiste à être un meilleur bouddhiste, etc.

Ainsi, du fait de son universalité, n’importe qui peut pratiquer le yoga, quel que soit son genre, son appartenance sociale, religieuse ou ethnique. Sivananda a ouvert le yoga non seulement à des personnes de toutes confessions, mais aussi aux femmes et à toutes les castes y compris les Intouchables. Si tout le monde peut se rapprocher de la conscience cosmique en pratiquant le yoga, la suite logique d’une telle approche était de le diffuser dans le monde entier. Le principe de non-dualité a ainsi amené Sivananda à offrir le yoga au monde alors qu’avant lui, c’était une pratique ascétique qui exigeait le retrait du monde.

Sivananda considérait que la pratique spirituelle devait s’accorder à la vie moderne et être accessible à tous. À cette fin, il a développé la formule des ashrams tels qu’ils existent aujourd’hui, c’est-à-dire un lieu où n’importe qui peut venir pratiquer le yoga et s’adonner à un mode de vie ascétique pendant un temps déterminé, selon son gré et sa disponibilité. Cette approche du yoga et de la spiritualité est fondée sur le concept de Jivanmukhta qui voit la possibilité de se libérer tout en vivant dans le monde. Les moments passés à l’Ashram à se ressourcer spirituellement permettent aux pratiquants de prendre du recul par rapport à leur vie. Une fois rentrés chez eux, ils peuvent devenir de meilleures personnes et par la même occasion rendre le monde meilleur­­. De tels ashrams diffèrent des monastères où l’on rentre pour renoncer au monde.

 

LE YOGA DE LA SYNTHÈSE

Toujours dans son projet de rendre le yoga accessible à tous, Sivananda a mis au point le « yoga de la synthèse » en s’inspirant de Vivekananda (1863-1902)Cette forme de yoga  synthétise  différentes écoles philosophiques et intègre quatre voies faciles à suivre dans une pratique quotidienne:

1) le Raja Yoga comprend les exercices de respiration (Pranayama), les exercices physiques (Asanas), les préceptes moraux (Yama et Niyama) et la méditation (Dhyana). Le Raja Yoga se rattache à l’école du Yoga de Pantanjali, qui se situe elle-même dans le courant jnanakanda.

2) le Jnana Yoga questionne sur notre vraie nature et qui comprend la lecture des textes sacrés, la réflexion philosophique et la discrimination. Il se situe dans le courant jnanakanda

3) le Bhakti Yoga est un yoga de la dévotion qui ouvre le cœur. Il se pratique par la répétition de mantras et les chants dévotionnels. Il se situe dans le courant Karmakanda.

4) le Karma Yoga  est une pratique spirituelle qui consiste à se consacrer au service désintéressé et à faire des actions sans en attendre de bénéfices personnels. Ce yoga se situe également dans le courant du Karmakanda.

Nous voyons donc que les exercices physiques ou Asanas ne sont qu’un des aspects du « yoga de la synthèse ».  Sivananda conseille de pratiquer un peu de chacune de ces quatre voies pour trouver un équilibre. Cependant, dépendamment de ses aspirations ou de ses points faibles, un individu peut consacrer plus de temps à l’un ou l’autre de ces chemins. Par exemple, il sera recommandé à une personne trop cérébrale de pratiquer le Bhakti yoga qui ouvrira son cœur. Une personne de faible constitution pratiquera de préférence le raja yoga qui renforce le corps. Une personne trop naïve, pratiquera le Jnana yoga qui l’aidera à discriminer. Une personne trop centrée sur elle-même ou trop matérialiste, pratiquera le Karma Yoga.
On peut voir ces quatre chemins comme une vitrine de l’hindouisme qui propose une vision globale de la spiritualité hindoue et que hacun peut  explorer à sa guise  pour ensuite trouver sa propre voie.

———

Strauss, Sarah, 2005, Positionning Yoga, Balancing Acts Across Cultures, Oxford, Berg.

Swami Sivananda, Yogic Home Exercices: Easy Course of Physical Culture for Modern Men and Women, D.B. Taraporevala Sons & Co. Bombay, 1959, 1983

 

Info-lettre

On vous en dit encore plus sur nos retraites

Merci !

Share This